Maroc-Turquie : des relations sous le signe d’un remarquable élan

Le Matin du Sahara et du Maghreb, le 1er mars 2011

Aujourd’hui, comme le font ressortir les données des échanges extérieurs, le Maroc enregistre un déficit commercial important dans ses relations avec la Turquie », souligne, par exemple l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES) qui s’est penché, il y a un mois, sur l’analyse des relations Maroc-Turquie, dans le cadre de son programme sur « la compétitivité globale et le positionnement du Maroc dans le système mondialisé ». Justement, il faut souligner que les chiffres montrent que ce déficit est passé de 2,8 milliards de dirhams en 2005 à près de 6,1 milliards de dirhams en 2008. Cette situation n’est que faiblement contrebalancée par les recettes voyages (qui ont été de l’ordre de 176 millions de dirhams en moyenne entre 2005 et 2009) ou encore par les investissements directs turcs. Investissements qui, malgré leur dynamique, sont loin de constituer un facteur de rééquilibrage des relations commerciales bilatérales. Néanmoins, ainsi que l’assure l’IRES, de la bouche de son directeur, Mohammed Tawfik Mouline, « le déséquilibre actuel des relations commerciales entre le Maroc et la Turquie n’est certainement pas une fatalité…
(Source)